Discrimination Exclusion Insertion Handicap Humanitaire Santé au  Bénin
COTONOU – PARAKOU

                                                                                              

 

Le glaucome, maladie oculaire fréquente en Afrique évolue à bas bruit pendant des années puis conduit à la cécité en l’absence de dépistage et de traitement. Victimes de dénigrement de stigmatisation et d’évitement, les personnes atteintes de cécité ont des relations sociales pglaucome2erturbées. Elles ont peu d’accès au monde du travail et dépendent de leur famille dont elles accentuent la précarité matérielle.
La cécité a une incidence directe sur la croissance économique et le développement du pays.

En quoi le projet offre-t-il une solution à cette problématique ?
Le projet de mise en place d’une mission ophtalmologique, à la fois diagnostique et thérapeutique, va permettre par des missions de dépistage (effectuées par un car mobile) et de traitement (laser SLT) de faire reculer les cas de cécité sur le territoire Béninois et par là même, permettre une meilleure intégration sociale de sa population (adultes et enfants).
Le glaucome est en effet la deuxième cause de cécité en Afrique Il est rare de voir en consultation des sujets venant spécialement pour le dépistage du glaucome.

La sensibilisation de la population est indispensable afin, – d’une part de mieux aborder le handicap et de mieux considérer les patients atteints de cécité et – d’autre part de comprendre qu’un dépistage précoce du glaucome permettra une prise en charge et un traitement évitant la cécité partielle ou totale. Le patient pourra alors conserver son autonomie, participer à la vie économiquedu ménage. Il ne sera plus sujet à l’exclusion. Quand au sujet jeune (glaucome juvénile) il pourra suivre une scolarité normale et avoir un avenir.
Notre mission est nouvelle et innovante. Elle permettra un accès aux soins des populations locales du Sud et du Nord du Bénin, mais aussi des pays limitrophes tels que Burkina Faso, Togo, Niger, Nigéria qui ont déjà l’habitude de soins dans l’HOSAT de Parakou.
Le parcours de soins est envisagé depuis la sensibilisation, au dépistage et au traitement dans le pays même.
Un groupe de bénévoles de PHI avec la coaptation de chirurgiens et médecins ophtalmologistes soit en activité soit jeunes retraités assurera la formation sur place. Elle permettra l’autonomie de soins du pays ainsi que la transmission des technologies de pointe indispensable à une évolution chirurgicale autonome. Nous n’envisageons pas de campagne d’interventions médicales par des spécialistes Français mais privilégions la transmission d’un savoir près des ophtalmologistes Béninois. Par la formation et l’apport d’unité de soins et de dépistage, PHI se propose d’apporter à ces médecins les outils nécessaires à une bonne consultation et l’accès à de nouvelles technologies opératoires. De plus, les cours de formation permettront une prise en charge de la population Béninoise par des médecins Béninois.
Quelle est la capacité de PHI à mener à bien le projet ?
Notre expérience est notre force. En France, PHI compte parmi ses membres plusieurs ophtalmologistes glaucomatologues compétents dans la formation, le dépistage, et dans le traitement du glaucome par laser SLT Ceux-ci sont prêts à effectuer bénévolement des missions de formation près des médecins ophtalmologistes Béninois. Deux missions d’évaluation ont eu lieu (octobre 2015 et février 2017) afin d’évaluer les besoins sur place et d’établir des contacts avec les structures Béninoises. Deux partenariats en sont découlés avec : -l’ONG IDG Bénin à Cotonou dont nous avons commencé à équiper le centre de Calavi en matériel ophtalmologique. Nous les avons dotés d’une ambulance équipée destinée au dépistage visuel (cf. pièces jointes) – et l’hôpital d’ophtalmologie de Parakou de la région du Grand Nord.
NOTRE FORCE :
 Sur le territoire Béninois :
En partenariat :
 une ONG (IDG Bénin) permanente viable capable d’assurer la pérennité du suivi de dépistage et capable d’assurer la maintenance du matériel et de le tropicaliser. (ingénieur) –
 un hôpital d’une grande réputation (L‘HOSAT de Parakou) couvrant un secteur géographique étendu. La demande émane du Directeur et des médecins ophtalmologistes, la demande de formation est issue du personnel soignant.
 En France :
 Ophtalmologistes glaucomatologues disponibles et compétents.
Description détaillée du projet
Le projet de combattre la cécité en Afrique a vu le jour lors de missions d’évaluation au Bénin. Ces missions nous ont permis de connaître l’ONG IDG Bénin et l’ HOSAT à Parakou et de signer un partenariat avec eux. Le projet 2V la vue c’est la vie a démarré dans un centre ophtalmologique d’IDG Bénin par l’envoi de matériel de consultation (public ciblé : les plus démunis). Puis, c’est une ambulance qui leur a été envoyée afin de faire du dépistage visuel mobile. Devant la fiabilité de cette ONG nous désirons poursuivre par un projet plus vaste :
 Combattre la cécité par la sensibilisation de la population face au glaucome et par le dépistage :
 un bus chargé de tout le matériel ophtalmologique est prêt à partir. (dépistage mobile assuré par l’ONG IDG Bénin.) population du Sud du Bénin. Outre le dépistage médical ce bus servira de support à la sensibilisation de la population face au glaucome (affiches publicitaires, crieurs).

glaucome traiter le glaucome par laser SLT :
 à l’HOSAT de Parakou (liaison Cotonou Parakou journalière peu couteuse). La formation des ophtalmologiques de l’HOSAT sera assurée par des ophtalmologistes membres de PHI.
Le besoin en matériel sera assuré par l’envoi de containers. Tout le matériel nécessaire médical, hospitalier consommables et instruments microchirurgicaux sont en possession de PHI.
Seul le laser SLT est en cours de négociation. Achat 20 000Euros. Le fournisseur nous propose un laser de démonstration à 20 000 euros. Il nous l’acheminera sur place et en assurera la mise en place et l’entretien sur 2 ans.

Quels seront les bénéficiaires de ce projet ?

Les bénéficiaires du projet seront tout d’abord la population Béninoise : du Sud, des Collines et du Grand Nord Béninois. Mais également des pays limitrophes (Nigéria, Togo…)

Le projet s’adresse en particulier à une population en difficulté sociale et financière.

 A Parakou, la mission de dépistage sera assurée par l’hôpital ophtalmologique qui accueille toute la population Béninoise et des territoires alentours et qui pratique des tarifs adaptés. Un partenariat est établi entre PHI et l’hôpital. A Cotonou, la mission sera assurée par notre partenaire IDG Bénin dans son centre ophtalmologique à Calavi et par le bus itinérant qui, en complément de l’ambulance déjà en place et équipée, permettra un dépistage près des populations des villages les plus reculés. Un dépistage visuel est déjà en cours dans les écoles. A ce dernier pourra s’associer un dépistage duglaucome juvénile qui est plus agressif car plus rapide. C’est donc toute une population hommes et femmes et toutes les tranches d’âge qui est concernée et en particulier les personnes les plus démunies qui auront accès par le bus itinérant à un programme de sensibilisation et de prévention.

glaucome3